Wikileaks : Le secrétaire général de l’OTAN donne du souci aux USA

Selon SvD, « les USA sont habitués à jouer le premier violon dans l’OTAN ». Mais des télégrammes diplomatiques rendus publics par Wikileaks révèlent que Washington rencontre des difficultés avec le danois Anders Fogh Rasmussen, Secrétaire général de l’OTAN depuis août 2009. Les Etats-Unis avaient pourtant soutenu la candidature de l’ancien Premier ministre danois, car « ils voulaient un secrétaire général fort pour l’alliance », estime le journal. Mais dès l’été 2009, l’ambassade américaine à l’OTAN envoyait un télégramme à Washington, pour rendre compte du « style de leadership de Rasmussen ». C’est à propos de l’Afghanistan, où la préparation d’une nouvelle loi chiite pour limiter les droits des femmes a été annoncée peu avant les élections présidentielles, que le premier « couac » a eu lieu. « Les pays de l’OTAN se sont mis d’accord pour ne réagir officiellement qu’une fois les élections passées, et Karzaï réélu ». « Mais Rasmussen a décidé d’aller de l’avant en écrivant une lettre au président afghan », rapporte l’ambassade dans son télégramme.

« Ce fut le début d’une période d’inversion des rôles, puisque ce sont maintenant les USA qui doivent courir après Rasmussen, alors que le Secrétaire général de l’OTAN suit traditionnellement la position des Etats-Unis », commente SvD. Les télégrammes américains affirment également que « Rasmussen est prêt à aller plus loin que les USA et les autres alliés pour répondre aux Russes ». L’ambassade américaine s’inquiétait de l’intention du Secrétaire général de déclarer que les Etats Baltes et la Pologne avaient besoin de plans de défense, une provocation pour la Russie.

Rasmussen n’a pas souhaité commenter les documents de Wikileaks.

Modifié le 11/02/2011

Haut de page