Un soldat suédois tué en Afghanistan

Un soldat suédois, Kenneth Wallin, a été tué en Afghanistan samedi, et deux autres blessés quand leur véhicule blindé a explosé sur une mine artisanale à l’ouest de Mazar-i-Sharif. Ce décès porte à cinq le nombre de victimes suédoises depuis le début du conflit.

Le colonel Gustaf Fahl, chef de la force suédo-finlandaise, a affirmé aux médias que « ce drame n’influencera pas [leur] stratégie ». En effet, il estime que « l’étroite collaboration engagée avec le gouvernement et les autorités afghans permet, à terme, de diminuer le nombre d’attaques ». Et de rajouter « nous ne pouvons pas quitter ces populations qui souffrent sous le joug des talibans ». Le ministre de la Défense a, quant à lui, rappelé que « dans les heures difficiles, il importait de se tenir à sa ligne de conduite ».

L’avenir de la présence suédoise en Afghanistan est une question politique extrêmement sensible. Suite aux révélations de Svenska Dagbladet (SvD) la semaine dernière, la Commission de la Défense a exigé que le CEMA vienne lui-même présenter régulièrement des comptes-rendus de situation afin que « le Parlement ne découvre pas dans la presse que les soldats qu’il envoie à l’étranger sont l’objet d’attaques répétées » a confié son Président à SvD.

En outre, le ministre des Affaires étrangères, Carl Bildt, et la chef de l’opposition sociale-démocrate, Mona Sahlin, ont entamé des discussions en vue du vote du 4 novembre sur la prolongation du mandat de la force suédoise. Jusqu’à présent, l’alliance rouge-verte appelait à un désengagement, tout comme l’extrême-droite. Toutefois, certains sociaux-démocrates n’ont jamais caché leur attachement à l’engagement suédois en Afghanistan. L’ancien ministre de la Défense, Björn von Sydow, social-démocrate, « il est extrêmement important que les opérations militaires de cette envergure reposent sur un large consensus politique » et aussi bien son parti « que les Verts et la Gauche devraient revoir leur position » (SvD).

Pour la majeure partie de la presse, « la guerre ne peut être gagnée sur le plan militaire » (SvD) mais seul le régional Göteborgsposten appelle « à mettre fin à cette situation tragique afin que de jeunes Suédois ne soient pas tués » tandis que le tabloïde social-démocrate Aftonbladet considère qu’il faut désormais « que la Suède aide l’Afghanistan en faisant ce qu’elle fait de mieux, à savoir, apporter aide humanitaire et soutien politique ». Pour Dagens Nyheter (et SvD), au contraire, « la situation actuelle montre que l’engagement militaire de la Suède doit être soutenu par tous ».

Sur le même thème : revues de presse des 19 octobre, 14 octobre, 12 octobre, 30 septembre...

Modifié le 19/03/2014

Haut de page