Tribune du Ministre suédois de l’Agriculture

0"Nous ne sommes pas totalement satisfaits de la proposition de la Commission sur une nouvelle politique de pêche"

« (...) Je me réjouis que la Commission ait tenu compte, dans sa proposition, de la plupart des demandes suédoises. Une disposition particulièrement importante est que l’on doit parvenir à une gestion responsable et durable des stocks de poissons avant 2015 (…) Toutefois, et même si plusieurs des mesures envisagées vont dans le bon sens, et même si je reconnais que nos revendications ont été écoutées, je ne suis pas totalement satisfait du résultat final. Nous avons encore un long chemin à parcourir. La Suède a fait entendre sa voix à Bruxelles, une voix écoutée et crédible pour parler de gestion durable des ressources halieutiques. Nous devons désormais utiliser cette voix pour influencer les autres Etats membres, afin de parvenir à une gestion responsable des ressources, qui permette de combiner tout à la fois le droit du consommateur à une nourriture saine et de qualité, et la viabilité économique des entreprises de pêche. Je vais donc accentuer mes efforts pour convaincre mes partenaires de l’UE – la proposition de la Commission est un pas en direction d’une gestion durable des ressources. Elle doit servir de base à la poursuite des négociations. Je suis toutefois conscient du fait que plusieurs Etats membres s’orientent vers une autre direction. C’est pourquoi il est de notre devoir de faire en sorte que cette proposition ne soit pas totalement édulcorée. A cette fin, il nous faudra discuter non seulement avec les autres gouvernements, mais encore avec l’ensemble des institutions européennes concernées.

La proposition de la Commission laisse toutefois à désirer et ne va pas assez loin. Il nous faut également dés à présent envisager l’après 2015 (…) Même si la proposition de la Commission vise à éliminer progressivement toute forme de soutien de nature à accroître une flotte déjà en surcapacité, mes inquiétudes à ce sujet demeurent. De certains Etats membres nous parviennent en effet plusieurs signaux démontrant une volonté particulièrement alarmante de conserver ces soutiens. Je ne peux que le déplorer. Et je ferai tout mon possible pour l’empêcher.

La Suède est l’Etat membre qui, sans aucun doute, œuvre le plus à la mise en oeuvre d’une politique de pêche durable et respectueuse de nos ressources. Les négociations sérieuses débutent maintenant. Et je suis prêt à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que l’UE se dote enfin d’une politique de pêche durable ».

Modifié le 14/07/2011

Haut de page