Toast lors du dîner d’Etat en l’honneur du Roi et de la Reine de Suède, Carl XVI Gustaf et Silvia (3 décembre 2014)

Déclaration/Discours - Mercredi 3 décembre 2014

Toast lors du dîner d’Etat en l’honneur du Roi et de la Reine de Suède, Carl XVI Gustaf et Silvia

Toast lors du dîner d’Etat en l’honneur du Roi...->http://www.dailymotion.com/video/x2bljee_toast-lors-du-diner-d-etat-en-l-honneur-du-roi-et-de-la-reine-de-suede-carl-xvi-gustaf-et-silvia_news] par elysee

Sire, Madame,

Votre visite d’Etat aujourd’hui, la deuxième que vous effectuez en France - la première était en 1980 - a un caractère particulièrement exceptionnel, car elle témoigne de l’amitié entre la France et la Suède, amitié qui plonge loin dans notre histoire commune.

Il y eut d’abord, l’alliance entre la France et la Suède au temps de la Guerre de Trente ans et du Traité de Westphalie. Cette alliance avait été fondée sous des intérêts politiques, sur des objectifs militaires, mais également sur des affinités culturelles.

La Reine Christine était l’amie des artistes et des philosophes. Elle parlait huit langues, dont forcément le français. Je veux croire qu’elle était sa première langue. Il y a eu ensuite la figure de votre aïeul, Jean-Baptiste BERNADOTTE, un béarnais au destin exceptionnel, un homme de guerre, Général, devenu par élections Roi de Suède, qui choisit la paix et la neutralité. C’est ainsi qu’au court des décennies, la Suède devint un exemple de sagesse et que votre pays offrit d’ailleurs au monde, des diplomates restés dans l’histoire : Raoul WALLENBERG, déclaré « juste entre les Nations » ou Dag HAMMARSKJÖLD qui fut au Secrétariat général des Nations Unies.

L’alliance franco-suédoise va bien au-delà de l’histoire. Elle s’inscrit également autour de valeurs partagées. La Suède et la France sont deux grandes Nations que rassemble une même exigence pour le respect des droits de l’Homme, pour la démocratie et pour la liberté. C’est aussi le sens du combat que nous n’avons cessé de mener contre le fanatisme, contre l’extrémisme et aujourd’hui contre le terrorisme. La France est d’ailleurs reconnaissante à la Suède d’avoir voulu s’engager auprès de nos armées au Mali.

Une même solidarité nous unit à l’égard des plus fragiles. La Suède est un exemple de générosité et nous l’avons encore mesuré à l’occasion de la lutte contre les grandes pandémies et notamment contre Ebola en Afrique. La Suède est une référence dans la lutte contre les inégalités, dans la défense de la dignité des femmes, dans la protection des droits des enfants. Mais la Suède est aussi en avant-garde - elle l’a montré dans l’action qu’elle a engagée il y a bien longtemps contre le réchauffement climatique. La Conférence de Paris en décembre 2015 doit aboutir à un accord. La France est pleinement engagée mais elle n’y parviendra pas seule, c’est très difficile de faire un accord simplement avec soi-même. Il nous faut donc un accord universel, juridiquement contraignant et différencié selon les pays en fonction de leur développement.

La Suède sera notre alliée, elle qui fut en 1972 un pays précurseur en accueillant le premier Sommet de la Terre. Votre gouvernement, Majesté, vient d’ailleurs d’annoncer une contribution de 500 millions de dollars pour la capitalisation du Fonds vert et je l’en remercie profondément.

La France accueille depuis fort longtemps des entreprises suédoises. Je n’oublie pas que Raoul NORDLING, Consul de Suède à Paris qui joua un rôle si éminent lors de la Libération de la France, et notamment de sa capitale, qui protégea tant de vies, était aussi un homme d’affaires, un chef d’entreprise. Il a montré l’exemple.

La densité des relations économiques entre nos deux pays est remarquable : 100 000 emplois français dépendent d’investissements suédois. Je pense à des entreprises comme VOLVO, ERICSSON, mais il y en a bien d’autres. 50 000 emplois suédois sont liés à des entreprises françaises. Je citerai SCHNEIDER, PERNOD, KEOLIS et même l’entreprise PICARD, une entreprise dans le secteur alimentaire qui vient d’ouvrir plusieurs boutiques en Suède.

Vous êtes un pays européen. Vous avez adhéré à l’Union le 1er janvier 1995 et vous y jouez un rôle important, même si vous n’êtes pas encore membre de la zone euro. Aujourd’hui, l’enjeu est de faire de l’Europe un exemple dans la transition énergétique et donc écologique, dans la modernisation numérique. La Suède est en avance et est également un exemple dans les nouvelles technologies, dans l’industrie aéronautique, dans le spatial. Autant de domaines dans lesquels la coopération entre nos deux pays peut encore s’amplifier. Vous aurez l’occasion de le vérifier lorsque vous visiterez AIRBUS et le Centre National Spatial à Toulouse.

Sire,

Dans quelques jours à Stockholm, sera remis le prix Nobel à deux de nos compatriotes, Patrick MODIANO pour la littérature et Jean TIROLE pour l’économie. Nous avons l’honneur d’avoir pu autour de ces personnes dire la fierté de la France, chaque fois qu’elle est honorée par un prix et un prix Nobel.

La Suède a cette capacité de distinguer les talents du monde entier. Chaque fois que le choix du comité Nobel se porte sur un Français, nous savons que c’est parce qu’il a été excellent, et non parce qu’il a été français. Il a été français et excellent et nous devons aussi nous nourrir de cette reconnaissance.

La France est capable d’excellence, d’être la meilleure dans bon nombre de domaines et de faire que la recherche soit une grande priorité. C’est ce que vous avez compris depuis longtemps, parce que votre pays, la Suède est un pays de science et de culture. Il est réputé pour son théâtre, pour ses arts, pour son cinéma, pour sa littérature. Il est surtout respecté pour sa capacité à avoir pu conjuguer performance économique, développement durable et protection sociale. C’est pourquoi, vous êtes toujours regardés, la Suède, comme une forme de modèle, même si le modèle change au fur et à mesure du temps.

Je suis convaincu que votre visite, Majesté, Madame, conduira à amplifier nos échanges dans tous les domaines, commerciaux, touristiques, culturels, universitaires, scientifiques. C’est pourquoi je lève mon verre en votre honneur, en celui de la Reine Silvia, en vous disant :

Vive la Suède !
Vive la France !

Source : http://www.elysee.fr/declarations/article/toast-lors-du-diner-d-etat-en-l-honneur-du-roi-et-de-la-reine-de-suede-carl-xvi-gustaf-et-silvia/

Modifié le 09/06/2016

Haut de page