Syrie : un réveil "tardif" du Conseil de Sécurité

La presse suédoise ironise sur « le poids des beaux mots de la déclaration du Conseil de sécurité » sur le régime syrien. DN se félicite toutefois de la mise à l’ordre du jour de la Syrie, qui devrait désormais « rester une priorité des Nations unies ».
La déclaration est « insuffisante » estime Svenska Dagbladet (SvD) qui considère que le système des Nations unies comme un forum de discussions, dont les capacités à prendre des sanctions sont limitées. Selon le quotidien, l’UE pourrait être « beaucoup plus efficace : un boycott par les pays européens du pétrole syrien ferait vraiment peur à Assad ».

Modifié le 05/08/2011

Haut de page