Suède : loi sur la sécurité des patients

DN rapporte que la nouvelle loi sur la sécurité des patients, en vigueur depuis le 1er janvier 2011, est discutable. En effet, jusqu’à l’entrée en vigueur de la loi, les erreurs médicales étaient dénoncées par les patients auprès de la Commission disciplinaire des services de santé, qui décidait si le personnel de soin concerné pouvait, ou non, continuer à exercer. Depuis le 1er janvier, les patients doivent se tourner directement vers la Direction nationale de la santé et des affaires sociales, considérée par les politiques comme plus accessible, qui étudie les affaires et les transmets à la Commission disciplinaire. Or, l’enquête de DN révèle que la Direction nationale de la santé et des affaires sociales met énormément de temps à traiter les dossiers, ce qui permet à des personnes de continuer à exercer alors qu’elles ont commis de graves fautes. Ainsi, en six mois, seuls 13 dossiers ont été transmis à la Commission disciplinaire, alors qu’elle en avait traité 42 sur la même période en 2010.

Modifié le 26/07/2011

Haut de page