Suède : Sociaux-démocrates et débat budgétaire

0Toute la presse suédoise s’interroge : le parti social-démocrate, dont le chef, Hakan Juholt, s’exprimera ce soir à la tribune d’Almedalen, joindra-t-il ses voix à celles de l’extrême droite pour rejeter la cinquième réduction d’impôt proposée par l’Alliance à l’automne dans le cadre de son projet de loi de finances 2012 ? “Si tel est le cas, le gouvernement risque d’entrer dans une zone de turbulences particulièrement dangereuses, cette mesure étant l’un des points essentiels de son programme politique” écrit l’éditorialiste d’Aftonbladet. “Une telle attitude est irresponsable” répétait hier Maud Olofsson, “et risque de provoquer l’inquiétude des marchés et des acteurs financiers”.

Mais “Hakan Juholt entend bien mettre sa menace à exécution” croit savoir Expressen, qui reproduit plusieurs extraits d’un courriel supposé avoir été adressé par la direction du parti à tous les parlementaires sociaux-démocrates : “ Y sont résumées les règles budgétaires en vigueur. On y insiste particulièrement sur celles qui permettront au Riksdag de mettre le gouvernement en minorité sur la partie recettes du PLF”.

Il n’est pas question pour nous de coopérer avec les Sverige Demokraterna. Toutes leurs idées sont contraires aux valeurs que nous défendons” a déclaré Hakan Juholt à Aftonbladet. “Plusieurs membres éminents du PSD se déclarent prêts à discuter avec le gouvernement sur de nombreux sujets : politique énergétique, infrastructure, éducation” écrit Svenska Dagbladet, qui a interrogé plusieurs cadres du Parti. “ Nous sommes prêts à discuter pour aboutir à un accord, afin d’éviter que les Sverige Demokraterna ne jouent un rôle d’arbitre”, déclare l’une d’entre elles. “Nous sommes ouverts au dialogue”, ajoute Hakan Juholt. “Mais le gouvernement devra renoncer aux baisses d’impôts. Il m’est difficile d’envisager une autre possibilité”.

Modifié le 08/07/2011

Haut de page