Suède : Mauvais bilan après transfert de l’école aux communes

«  Vingt ans se sont écoulés depuis que la gestion du système éducatif suédois est passé de la responsabilité de l’Etat à celle des communes  », rappelle DN. « Mais les rapports sur la baisse des résultats de l’école se sont multipliés dernièrement », continue le journal qui estime que ce transfert de responsabilité est entre autres à l’origine du problème. Même les Sociaux-démocrates qui ont fait passer la réforme de « communalisation »en 1991 se montrent prudents sur la réussite. Le porte-parole du parti pour les questions d’éducation, Mikael Damberg, exige aujourd’hui une évaluation de toutes les décisions majeures adoptées en matière d’école au cours des dernières décennies. La majorité du Comité de l’éducation du parlement, Sociaux-démocrates compris, a récemment décidé d’examiner la possibilité de choisir librement son établissement scolaire et le transfert de la responsabilité aux communes. Les Libéraux et les Démocrates de Suède (extrême-droite) sont cependant les seuls à aller jusqu’à appeler à une renationalisation complète de l’école. Les Sociaux-démocrates préfèrent réclamer une « implication plus importante de l’Etat ».

L’Association des professeurs pointe plusieurs facteurs ayant, selon eux, contribué à la « détérioration » de l’école, dont trois décisions importantes prises à peu près au même moment : le choix libre de son établissement scolaire, le transfert de la responsabilité aux communes et la réforme des écoles privées – « en même temps la crise des années 90 est intervenue, et l’Etat s’est mis au balcon en tant que spectateur » commente la porte-parole de l’Association, qui est cependant opposé à une renationalisation, mais souligne l’importance de professeurs bien formés et certifiés.

Modifié le 15/04/2011

Haut de page