« Si l’Allemagne peut abandonner le nucléaire, la Suède en est capable aussi » (DN)

0« Si l’Allemagne peut abandonner le nucléaire, la Suède en est capable aussi » écrivent dans une tribune publiée dans DN, les deux nouveaux porte-paroles des Verts, Gustav Fridolin et Asa Romson, conjointement avec la porte parole de leur parti sur les questions de l’énergie Lise Nordin.

Selon eux, la décision de l’Allemagne remet en cause la politique du gouvernement vis-à-vis de la compagnie publique Vattenfall : « en tant que propriétaires de Vattenfall, les contribuables suédois se retrouvent avec deux centrales nucléaires à Krümmel et à Brunsbüttel, qui, dans la pratique, n’ont plus aucune valeur ». En outre, Vattenfall a déjà perdu 15 milliards SEK sur ces centrales depuis 2007.

« Maintenant Vattenfall veut ouvrir deux nouveaux centrales à charbon en Allemagne. Si le gouvernement s’intéresse sérieusement à ce projet, il doit donner à l’entreprise de nouvelles directives, avec l’objective d’augmenter sa production d’énergies renouvelables ». Enfin, ils estiment que la confiance vis-à-vis de la politique de l’environnement est endommagée lorsque Vattenfall, une société publique, produit plus de CO2 que la Suède entière.

Modifié le 01/06/2011

Haut de page