Séminaire franco-suédois sur la prévention de la radicalisation (6 avril 2016) [sv]

De gauche à droite : Roger Haddad - député, Pierre N'Gahane - secrétaire général du Comité interministériel de la prévention de la délinquance, Alice Bah Kuhnke - Ministre de la Culture et de la Démocratie, Jacques Lapouge - ambassadeur de France en Suède, Hans Ekström - député. - JPEG De gauche à droite : Roger Haddad - député suédois, Pierre N’Gahane - secrétaire général du Comité interministériel de la prévention de la délinquance, Alice Bah Kuhnke - Ministre de la Culture et de la Démocratie, Jacques Lapouge - ambassadeur de France en Suède, Hans Ekström - député suédois.

L’ambassade de France en Suède et deux députés suédois, Roger Haddad et Hans Ekström, ont co-organisé un séminaire portant sur la prévention de la radicalisation, le 6 avril au Riksdag, avec la participation de plusieurs intervenants français et suédois et de la Ministre de la culture et de la démocratie, Alice Bah Kunke.

Alice Bah Kunk, Ministre de la culture et de la démocratie. - JPEG Alice Bah Kuhnke, Ministre de la culture et de la démocratie.

L’objectif était d’échanger sur les expériences françaises et suédoises, de comparer les dispositifs développés par les deux pays, et d’identifier les meilleures pratiques.

L’accent a également été mis sur le rôle joué par les villes – autour par exemple du cas d’Örebro, en Suède, qui a été présenté par Thomas Gustafsson, directeur des partenariats de la commune d’Örebrö (100 000 habitants) et par la société civile.

JPEG De gauche à droite : Thomas Gustafsson - Directeur des partenariats à la commune d’Örebro, Sébastien Pietrasanta - député français, Françoise Pétreault - sous-directrice de la vie scolaire au Ministère de l’Education nationale, Pierre N’Gahane - secrétaire général du Comité interministériel de la prévention de la délinquance.

Concernant l’action publique française, trois spécialistes des questions de radicalisation sont intervenus et ont présenté des éléments du dispositif français : le député Sébastien Pietrasanta, a fait un point de situation sur l’ampleur du phénomène de radicalisation en France et les mesures apportées pour répondre à ce défi ; le préfet Pierre N’Gahane (secrétaire général du comité interministériel de lutte contre la délinquance) a décrit la façon dont les autorités françaises s’étaient organisées pour lutter efficacement contre la radicalisation ; Mme Françoise Pétreault (sous-directrice de la vie scolaire, des établissements et des actions socio-éducatives au ministère de l’éducation nationale) a présenté les mesures développées dans les écoles pour prévenir la radicalisation.

Le séminaire a permis de confronter les approches françaises et suédoises en matière de prévention de la radicalisation et d’échanger sur des points plus concrets comme les critères d’identification des personnes radicalisées et la manière de porter un message de contre-propagande efficace sur internet et les réseaux sociaux.

Cet événement renforce la coopération franco-suédoise en matière de radicalisation et s’inscrit dans une série de plusieurs rencontres entre nos deux pays qui ont eu lieu en Suède et en France depuis plusieurs mois, à la suite notamment du communiqué conjoint adopté à l’occasion du déplacement en Suède du Premier ministre français, Manuel Valls, les 17 et 18 septembre 2015.

Modifié le 09/06/2016

Haut de page