Salon du cholocat !

0La France a transmis et développé un savoir-faire tout particulier dans cet art suprême qu’est l’élaboration du chocolat. Doux, tendre, intense, fondant, clé de voûte de l’édifice gourmand, le chocolat est un art et le chocolatier un artiste. Qu’il soit noir, blanc, au lait, en gâteau, en tablette, en friandises ou en boisson, le chocolat éveille de véritables passions. Du 20 au 24 octobre 2011, le Salon international du chocolat s’installe à Paris, Porte de Versailles, pour célébrer les tendances pâtissières. Devenu, au fil des ans, le plus grand événement dédié au chocolat dans le monde, ses organisateurs revendiquent aujourd’hui pas moins de 20 éditions du Salon du chocolat, présent sur quatre continents, des Etats-Unis au Japon, en passant par la Russie et la Chine.

SALON DU CHOCOLAT 2010 Best Of->http://www.dailymotion.com/video/xflltc_salon-du-chocolat-2010-best-of_creation] par CLAPTV

Tout comme ses voisins Suisses et Belges, la France a cultivé une tradition et un savoir-faire tout spécifique dans l’art divin de l’élaboration du chocolat. Le chocolat suisse, crémeux et au lait, et le chocolat belge, tout en pralinés et en fourrés, sont décrits comme légers et sucrés, avec des goûts prononcés, tandis que le chocolat français est intense, pur, et peu sucré, avec des arômes subtils. Inventif, il propose une grande variété de textures, de fragrances et de saveurs, en des alliances exquises de cacaos fins et d’épices capricieuses.

Le chocolat est produit à partir de la fève de l’arbre appelé cacaoyer. On en trouve différentes variétés réparties dans les régions chaudes du monde, notamment au Mexique, berceau du chocolat. Le chocolat noir contient entre 35 % et 100 % de cacao et de beurre de cacao. C’est le plus apprécié des Français pour sa finesse en bouche.

JPEG

En France, déguster du chocolat est une pratique sociale destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie, tels que les naissances, les mariages ou les anniversaires. Il est également très apprécié à l’occasion des rendez-vous festifs du calendrier : Pâques, Noël, la Saint-Valentin… A Pâques, le chocolat se déguise en œuf, en cloche, en poule, en lion ou en girafe. A la fin de l’année, il apporte une note de gaieté savoureuse tout au long du repas de Réveillon jusqu’au dessert, avec la traditionnelle bûche de Noël. Il s’invite également à la fin d’un repas en parfumant un café ou un thé, et se savoure en accompagnement gourmand. Pour la Saint-Valentin, les amoureux aiment s’offrir des petits cœurs en chocolat. La créatrice Catherine Cluizel a même édité, pour la Saint-Valentin 2011, un Chocobag entièrement en chocolat qui fait fondre les fashionistas.

Même si la France se place à la septième position européenne, avec sept kilos de chocolat consommés annuellement par chaque Français, l’Hexagone reste un eldorado gourmet regorgeant de créations inattendues. Les chocolatiers français, orfèvres des saveurs, s’ingénient donc à décliner le précieux nectar sous toutes sortes de formes (cubes, sphères, montres, jeux…), et à le réinventer.

La Maison du Chocolat, Grand artisan parisien devenu chocolatier international de luxe, signe chaque année de nouvelles créations, telle que la ganache parfumée au café « brésilien » : la couverture est noire ; l’intérieur est parfumé au café, mais à base de marc de café, ce qui donne un goût corsé et affirmé. On peut également déguster la ganache aux raisins flambés au rhum « Bacchus » : le plus créole des chocolats ; la tête danse un peu quand le rhum et les raisins éclatent sous la dent. « Du fait de la finesse de son enrobage, un bon chocolat doit fondre dans la bouche. Sa robe doit être brun acajou, légèrement brillante. Il doit être fort en cacao, même s’il est parfumé », estime-t-on à la Maison du Chocolat, qui a ouvert des boutiques à New york, à Tokyo et à Londres.

Le célèbre artisan chocolatier et chef pâtissier Jean-Paul Hévin revient d’un voyage au Venezuela, d’où il a ramené des épices et un nouveau cacao. Le chocolatier Pierre Hermé, chef de file de l’avant-garde pâtissière, alchimiste du goût célébré dans le monde entier, propose La Cerise sur le Gâteau, son dessert le plus spectaculaire tout en chocolat au lait ; dessiné par le designer Yann Pennor’s, il fait se succéder une dacquoise aux noisettes, un praliné feuilleté, une ganache, une chantilly et de fines feuilles de chocolat.

Cette année, le Salon international du Chocolat s’installe à Paris, du 20 au 24 octobre 2011, pour sa 17ème édition ; il célèbre tout particulièrement les petits gâteaux au chocolat. 400 participants, dont plus de 200 chefs et chefs-pâtissiers internationaux, parmi les plus talentueux, travaillent à côté de 160 exposants chocolatiers venus du monde entier.

Parmi les incontournables de ce Salon, on pourra également admirer les créations du défilé Tendances Chocolat, parrainé cette année par la créatrice Chantal Thomass. Ce sont de belles créatures aux allures baroques qui déambulent, vêtues d’incroyables vêtements, tissés et cousus de chocolat. Car chocolatiers et designers travaillent ensemble pour réaliser les plus gourmandes et les plus burlesques créations.

Présent dans les plus grandes métropoles internationales, de New York à Tokyo, en passant par Moscou, Dubaï et Pékin, le Salon du Chocolat est reconnu aujourd’hui comme l’ambassadeur officiel du chocolat dans le monde par l’ensemble des professionnels du secteur.

Annik Bianchini

Sites Internet :
www.salonduchocolat.fr : Salon international du Chocolat
www.museeduchocolat.fr : Musée du Chocolat
www.lamaisonduchocolat.com : La Maison du Chocolat

Modifié le 20/10/2011

Haut de page