Reconduite à la frontière des ressortissants Iraniens

Migrationsverket redéfinit les directives de reconduite à la frontière pour les ressortissants Iraniens, titre DN. En effet, depuis 2009 et l’élection présidentielle en Iran, la situation a empiré pour de nombreuses minorités ethniques, et elle s’est encore dégradée après ce qu’on a appelé le "printemps arabe". "Nous avons constaté que la tension avait augmenté", confirme Mikael Ribbenvik, conseiller juridique chez Migrationsverket, et "c’est pourquoi davantage de demandeurs d’asile iraniens pourraient se voir accorder un permis de séjour en Suède" : en 2009 et 2010, environ 24% des quelques mille demandes avaient été accordées, contre à peu près 31% cette année.

Si la situation sur place semble effectivement critique - Migrationsverket avance même que "l’Iran surveillerait les agissements de ses ressortissants vivant à l’étranger », Ribbenvik tempère toutefois "tous les demandeurs d’asile ne sont pas poursuivis". Il rappelle également que "les permis de séjour sont délivrés "au cas par cas, au vu des raisons de la demande", et non pas "systématiquement, en fonction de l’origine ethnique."

Modifié le 22/07/2011

Haut de page