Politique de Défense suédoise

Défense suédoise

La Suède, dont Stockholm est la capitale, est située au cœur de la Scandinavie, au Nord de l’Europe. Peuplée par un peu plus de 9 millions d’habitants, elle a une superficie d’environ 450 000 km2. Elle est bordée par la mer Baltique, est reliée au Danemark par un pont et ses pays limitrophes sont la Norvège et la Finlande. Le pays est une monarchie constitutionnelle ayant pour Roi Karl XVI Gustav, et un Premier Ministre de centre-droit Fredrik Reinfeldt.

La Suède dispose d’une armée moderne servie par 20 000 hommes environ (3 000 pour la Marine, 4 500 pour l’Armée de l’Air et 13 000 pour l’Armée de Terre), auxquels il faut ajouter les 35 000 personnels des "Homeguards". Le budget de l’armée suédoise se monte à 4,2 milliards d’Euros (40 milliards de couronnes suédoises), soit 1,3% du PNB.

La défense suédoise a longtemps été structurée autour du concept de défense territoriale qui avait pour but de préserver l’intégrité de la Suède d’une invasion (l’ennemi désigné étant évidemment l’URSS, un proverbe national affirmant que "l’ennemi vient toujours de l’Est"). Depuis 2004, les forces armées ont été réorganisées pour s’adapter au mieux aux nouveaux enjeux sécuritaires. La neutralité philosophique a été remplacée par une "non adhésion aux alliances permanentes". Ainsi elle n’est pas membre de l’OTAN, mais du Partenariat Pour la Paix. Désormais la priorité est donnée à une capacité d’interventions à l’étranger, sans pour autant négliger la défense territoriale qui demeure une mission centrale.
0 La Suède collabore activement à de nombreuses opérations internationales, que ce soit sous le mandat ONU, en collaboration avec l’UE et l’OTAN (la Suède a contribué à la totalité des missions européennes). La participation suédoise reste toutefois conditionnée au respect des principes fondamentaux de la diplomatie nationale : la promotion du multilatéralisme et l’attention portée au droit international. Les forces armées suédoises ont coopéré à plusieurs reprises, et de manière efficace, avec les forces françaises en Afrique, en particulier lors de l’opération Artémis et l’opération RDC-CONGO. Cette coopération s’est poursuivie de façon régulière et fructueuse à l’entraînement. Actuellement, un peu moins de 1000 soldats suédois sont déployés de par le Monde, principalement en Afghanistan (350 personnels), au Kosovo (300 personnels) et au Tchad (250 personnels). Par ailleurs, la Suède est la nation cadre du Groupement Tactique Européen en alerte jusqu’au 30 Juin 2008, à savoir le "Nordic Battle Group".
0 Articulée autour d’une armée de terre flexible, dotée principalement de chars LEOPARD II et de CV-90, les forces suédoises possèdent également une marine pourvue de bâtiments de très haute qualité tels que les corvettes "furtives" Visby et les sous-marins de classe Götland, ainsi qu’une armée de l’air composée principalement de chasseurs suédois modernes, les GRIPEN, qui tentent de s’imposer à l’exportation.

La Suède a pendant longtemps développé des programmes d’armement purement nationaux et donc difficilement interopérables, garants de sa neutralité. Toutefois, en raison de contraintes budgétaires pesant sur l’acquisition de matériels de défense, couplées à la restructuration sévère de l’industrie suédoise d’armement, le gouvernement privilégie désormais l’achat sur étagères de matériels internationaux ayant déjà fait leurs preuves et interopérables avec l’OTAN. Par ailleurs, la Suède se veut un membre actif de l’Agence Européenne de Défense et de la "Letter Of Intents".

++++ Neutralité & stratégie

La Suède a abandonné sa politique de neutralité pour une politique de « non participation à des alliances permanentes ». Elle ne considère plus que sa sécurité s’arrête aux frontières, mais passe par un monde plus stable. Le gouvernement a la volonté de doubler le nombre de soldats en opérations extérieures en passant de 1000 à 2000 hommes.

L’armée est en pleine réforme et la stratégie est passée d’une défense territoriale fondée sur des matériels lourds orientés face à l’est, à une défense plus projetable via l’ONU ou l’UE. Ces efforts se sont concrétisés dans la création du Nordic Battle Group sous leadership suédois mais composé également de troupes finlandaises, estoniennes, irlandaises et norvégiennes. Mis à disposition au 1er semestre 2008 (il n’a alors pas été utilisé), il le sera à nouveau en 2011.

Composition du Nordic Battle Group :
Environ 2 200 officiers et soldats. La contribution des Etats est la suivante :

  • Suède : 1600
  • Finlande : 250
  • Norvège : 100
  • Irlande : 150
  • Estonie : 100

En octobre 2009, 852 soldats sont présents en opérations extérieures. Ils sont environ 400 en Afghanistan, 240 au Kosovo. Entre le 15 mai et le 15 Septembre 2009, la Suède a aussi engagé 3 navires dans l’opération Atalanta contre la piraterie dans le golfe d’Aden.

La défense suédoise représente aujourd’hui un budget annuel de 40 milliards de couronnes environ.

Actuellement les jeunes suédois doivent faire leur service militaire mais la conscription sera abandonnée dans les années à venir.

Modifié le 03/11/2011

Haut de page