Performance énergétique : la France au 3e rang mondial après Suède et Norvège

La France arrive au troisième rang d’un classement réalisé par Accenture. Le nucléaire lui permet d’afficher de bons scores en matière de développement durable.

JPEG

La France figure au troisième rang du premier palmarès établi sur la question par le Forum économique mondial, dans le cadre d’une étude réalisée en collaboration avec Accenture et se classe ainsi devant 102 autres pays étudiés. « Il s’agit de mesurer les forces et les faiblesses des différents pays pour faire face à la transition énergétique nécessaire, de la façon la plus objective possible », indique Jean-Marc Ollagnier, directeur général en charge de l’énergie chez Accenture. « Nous avons pour cela utilisé trois critères : l’accès à l’énergie, le développement durable, et la compétitivité énergétique. »

C’est le poids du nucléaire dans le mix énergétique français qui explique, entre autres, le bon classement de l’Hexagone. La France se situe même au deuxième rang mondial sur le critère de développement durable, derrière la Suède. « La France est l’un des pays développés où les émissions de CO sont les plus faibles »,
indique Jean-Marc Ollagnier.

Les énergies décarbonées représentent 51 % de l’énergie primaire utilisée en France, dont 42 % liées au nucléaire. Ce taux monte à 90 % pour la seule production d’électricité : selon le bilan établi par RTE (Réseau de Transport d’Electricité) pour 2012, celle-ci provient à 75 % du nucléaire, à 11,8 % de l’hydraulique, à 2,8 % de l’éolien et à 0,7 % du solaire photovoltaïque.

La France est également bien placée en terme de coût de l’énergie en Europe. Elle arbore la 4e hausse la plus faible, soit la 6e évolution la plus favorable au consommateur.

Modifié le 23/06/2014

Haut de page