Monarchie : « Il y a des limites à ce que le peuple suédois peut supporter" (DN)

0La presse consacre encore plusieurs pages au débat autour du Roi Carl XVI Gustaf (voir les revues de presse des 24, 23 19, 18 mai). «  Il y a des limites à ce que le peuple suédois peut supporter, et ces limites ont été, en l’espèce, franchies », estime le chef des pages éditoriales de Dagens Nyheter, qui poursuit : « A partir du moment où il est avéré que des proches du souverains ont été en contact avec des membres de la criminalité organisée, on sort du domaine de la vie privée. Et il est impossible que le chef d’état suédois ait de tels amis pareils ». « La république n’est toutefois pas pour demain en Suède, et la Monarchie jouit encore, en tant qu’institution, d’un fort soutien. Il suffit de voir l’accueil réservée à la Princesse héritière lors de sa visite, hier, à Ockelbo », nuance l’éditorialiste de Svenska Dagbladet. « Le temps joue en faveur du Souverain. Il sera encore là dans 20 ou 30 ans, quand cette affaire aura été totalement oubliée. Le Roi reste le Roi, et il n’a vraisemblablement pas l’intention d’abdiquer ».

« Quel cirque ! », s’exclame Expressen. « Un spectacle qui prouve une fois de plus que démocratie libérale et monarchie héréditaires ne sont pas compatibles ». Tandis qu’Aftonbladet s’interroge sur l’absence de réactions en Suède : « Si l’on avait appris, en Grande Bretagne, que des amis de la Reine étaient en contact avec la mafia pour faire disparaître des photos d’Elisabeth II en galante compagnie, vous imaginez le scandale ! Ici : presque rien. A part un commentaire laconique du Roi adressé via son service de presse ».

Modifié le 25/05/2011

Haut de page