"Les universités suédoises seront moins internationales cet automne"

"Les universités suédoises seront moins internationales cet automne", constate Tobias Wikström dans Dagens industri, en écho à l’article paru hier dans DN relatant les difficultés des étudiants étrangers (hors UE) à remplir les "formalités biométriques" désormais exigées par les pays de l’UE- pour toute demande de permis de séjour. En addition à ce problème "bureaucratique", pour la première fois, des frais d’inscription sont exigés pour les étudiants hors UE, qui peuvent aller jusqu’à "des sommes à 6 chiffres" (plusieurs dizaines de milliers d’euros). " L’effet est très net" constate Wikström "on comptait 16000 étudiants étrangers hors-UE l’an passé contre 1280 seulement cette année, pour le semestre d’automne." Pour le journaliste, "ce n’est pas une surprise", c’est au contraire une sélection "intentionnelle". Lars Leijonborg, le Ministre de l’Education qui avait décidé de l’application de ces frais, soutenait ainsi que "les formations gratuites sont moins estimées des étudiants étrangers, et il n’y a pas de raison de subventionner la formation des étrangers qualifiés si, une fois diplômés, ils quittent la Suède."

Modifié le 20/07/2011

Haut de page