Le Président du FMI face à la justice américaine

0L’ensemble de la presse suédoise se fait l’écho des accusations de tentative de viol portées contre Dominique Strauss-Kahn. Outre un rappel des faits, les médias soulignent qu’il avait entretenu une liaison avec une employée du FMI en 2008 et que de nouvelles accusations d’agression sexuelle ont été rendues publiques depuis son arrestation samedi.

Selon Expressen, ce « scandale fait trembler le monde entier ». Si les accusations se confirment, « il ne pourra pas rester à la tête du FMI » estime Dagens Industri (DI) : « la crédibilité de l’institution est ébranlée, c’est grave dans le contexte de la crise actuelle » renchérit Dagens Nyheter (DN), qui constate « quelles que soient les conséquences judiciaires de cette arrestation, le FMI a perdu une partie de son autorité de sa marge de manœuvre ».

En outre, « DSK avait également des ambitions politiques » continue le quotidien, «  mais, aujourd’hui, nombreux sont ceux qui considèrent que sa carrière est condamnée ». « Son arrestation favorise l’extrême-droite » rajoute DN, qui considère que « cette dernière pourrait mettre fin aux espoirs de la gauche européenne de conquérir un grand pays ». Par ailleurs, Svenska Dagbladet (SvD) relève que « c’est la première fois qu’un scandale de cette ampleur éclabousse une campagne un an avant la tenue d’une élection présidentielle ».

Modifié le 16/05/2011

Haut de page