Le Parlement grec accepte le plan d’austérité

0DN estime que « l’acceptation hier soir par le Parlement grec du plan d’austérité permet à la Grèce de ne pas faire faillite, au moins pour l’instant ». Mais « il faudrait un miracle pour sauver l’euro ». « La Grèce doit vendre une entreprise tous les deux jours pour atteindre l’objectif de vente fixé, pour un total de 50 milliards en quelques années ». « Un revirement historique : aucune entreprise n’a été vendue l’année dernière » remarque DN, qui estime que le pays devra également adopter « une perception différente des impôts et de la corruption ».
Expressen souhaite « adoucir la tonalité apocalyptique des discours sur les conséquences de la crise grecque sur l’UE et l’économie internationale  ». Par ailleurs, le journal estime qu’ « il y a quelque chose de pourri dans une nation où des manifestants soustraits à l’impôt protestent contre des mesures d’austérité nécessaires, qui ne sont que la conséquence des impôts trop bas ».

SvD estime que la première mission de Christine Lagarde à la tête du FMI sera de vérifier que le prêt d’urgence consenti à la Grèce a bien été payé mi-juillet, et que le pays met bien en place le plan d’austérité. DN et SvD évoquent les qualités de leader de Mme Lagarde, ainsi que sa capacité à négocier et à communiquer. « Mais un travail extrêmement difficile l’attend ». Pour DN, « son passé de juriste et de politicienne peut-être un handicap pour effectuer des estimations indépendantes ».

Le Ministère suédois des affaires étrangères (UD) ne déconseille pas les voyages en Grèce. « Nous suivons la situation de près et nous conseillons aux Suédois à Athènes de ne pas se mêler aux grands rassemblements  ».

Modifié le 30/06/2011

Haut de page