La juge britannique annonce sa décision d’extrader Assange vers la Suède

La juge britannique M. Howard Riddle a annoncé hier sa décision d’extrader Julian Assange vers la Suède, où il est accusé de viol et agression sexuelle. M. Riddle a rejeté tous les arguments présentés par la défense de J. Assange. Le fondateur australien de WikiLeaks a déjà annoncé sa décision de faire appel. Selon DN, « il aurait été très surprenant que la justice britannique juge que M. Assange risque de ne pas avoir droit à un procès équitable en Suède ».

« En cas d’extradition, Assange sera en premier lieu interrogé par la procureur en chef, Mme Marianne Ny. C’est elle qui décidera d’intenter ou non un procès », rapporte le Svenska Dagbladet. Selon le Dagens Nyheter, « il ne faut pas s’attendre à ce que J. Assange arrive en Suède avant le mois de juin ». « Il n’est par ailleurs pas certain que cette procédure aboutisse à la condamnation d’Assange, pour des questions de preuves et de témoignages », estime par ailleurs le journal. « J. Assange est accusé d’une part d’avoir cassé un préservatif lors d’un rapport sexuel, et d’autre part d’avoir eu un rapport sexuel non-protégé avec une femme endormie  », écrit le Dagens Nyheter, qui estime que tout cela sera difficile à prouver.

Pour Expressen, Julian Assange a mal compris cette affaire : « il ne s’agit pas de lui, mais du droit des deux femmes à voir leurs dénonciations de crime sexuelle examinées par la justice ». Le journal qualifie de « risibles » les théories de conspiration contre J. Assange : « ni le premier ministre, ni le gouvernement, ni le parlement ne peuvent décider ce qu’un tribunal doit examiner ». Et de rappeler que « la Suède est l’un des pays les moins corrompus du monde  ». Sur une éventuelle extradition vers les Etats-Unis, le Dagens Nyheter écrit que « la plupart des juristes doutent que les USA trouvent quelque chose de juridiquement valable à reprocher au fondateur de Wikileaks.

Modifié le 25/02/2011

Haut de page