L’ambassadeur de France réagit aux éléments factuellement incorrects de l’article de Dagens Industri

L’article consacré à la situation économique française, paru vendredi 15 novembre 2013 dans Dagens Industri, contient plusieurs erreurs factuelles importantes.

D’abord, de façon générale, la situation économique de la France doit aussi être appréciée par rapport à la situation de l’UE. Plusieurs pays, y compris parmi les 5 plus grandes économies de l’UE, sont dans une moins bonne situation, en matière tant de croissance que de déficit.

Ensuite, l’article évoque une « chute » du PIB. C’est faux. La France est sortie de la récession au deuxième trimestre 2013, avec une progression du PIB de 0.5%. La baisse de 0,1 % du PIB au troisième trimestre tient en grande partie à des effets saisonniers. Ce chiffre ne remet pas en cause la prévision de croissance de la Commission européenne : + 0,9% en 2014 et +1,7% en 2015 (prévisions de la commission européenne publiées le 5 novembre dernier).

L’article fait par ailleurs état d’un déficit public à 5%. Là encore, c’est faux. Le déficit est estimé à 4,1% en 2013 par la Commission européenne et par le Gouvernement Français. Au cours des 3 dernières années, le déficit a été réduit de 7,5 % du PIB en 2009 à 4,8% en 2012. Il devrait tomber à 3,8 % en 2014 selon les estimations de la Commission européenne.

L’article évoque une baisse de l’âge de départ légal à la retraite depuis l’élection de François Hollande : c’est faux. L’âge légal de la retraite a été porté à 62 ans en 2010. C’est toujours le cas. Le seul changement intervenu après l’élection de François Hollande concerne moins de 1 pour cent de la population active : les personnes ayant commencé à travailler très jeunes, et ayant cotisé au moins 41,5 ans, peuvent partir en retraite à 60 ans. Une nouvelle réforme des retraites va être adoptée dans les semaines qui viennent : elle prévoit un allongement de la durée de cotisation, qui passera progressivement à 43 ans (ce qui veut dire que les employés devront travailler plus longtemps pour obtenir une retraite à taux plein).

L’article indique également que les exportations de produits de luxe, de fromage et de vin constituent l’essentiel de notre balance commerciale. C’est une affirmation fausse et caricaturale. En 2012, les vins et fromages ne constituent que 2,5 % des exportations de la France. L’habillement représente 4,4%. C’est très loin derrière les matériels de transport (21 %), les équipements mécaniques et le matériel électrique, électronique ou informatique (19 %), les produits chimiques, parfums et cosmétiques (12 %), la métallurgie (8 %) et la pharmacie (7%).

Jean-Pierre Lacroix0
Ambassadeur de France en Suède

Modifié le 26/01/2016

Haut de page