L’UE, « sous une montagne de dettes » (DN)

L’éditorialiste de DN estime qu’« il est temps de reconnaître le risque de banqueroute des Etats européens dans un contexte de crise de l’euro ». Il rappelle qu’une rencontre au sommet est organisée aujourd’hui à Bruxelles pour relever le défi du moment : « trouver une stratégie européenne pour répondre à la guerre en Libye ». « Cependant, on oublie facilement que ce vendredi devait être consacré à la résolution d’un autre défi, propre à l’EU : sa montagne de dette ». L’éditorialiste rappelle que les taux ont atteint de nouveaux records en Grèce, au Portugal et en Irlande. De plus, l’agence de notation Moody’s a réduit la note de l’Espagne jeudi dernier. « La rencontre au sommet était censée permettre l’adoption d’un pacte pour accroître la compétitivité de l’EU. Mais ce rêve de compétitivité semble aussi irréaliste que la paix en Libye », commente DN qui estime que « le pacte de compétitivité était une idée d’Angela Merkel, à laquelle la France s’est raccrochée pour une mystérieuse raison ». Pour le journal, l’idée du pacte était que « les pays en difficulté se plient à la politique allemande, et qu’en retour, Angela Merkel fasse davantage pour les sortir du marasme ». Mais « les gouvernements ont refusé de suivre et la commission européenne a crû son autorité menacée ». Du coup, « ce pacte n’est plus qu’une coquille vide. Certaines propositions sensées, comme la suppression de l’indexation des salaires, ont été abandonnées ». A présent, « l’Allemagne ne veut pas payer pour rembourser les dettes de tout le monde ».

Modifié le 11/03/2011

Haut de page