L’Ambassade

La chancellerie, Kommendörsgatan 13 (voir aussi : coordonnées et horaires d’ouverture ).

La chancellerie

L’ambassade de Fance en Suède est située dans le bâtiment de l’ancienne école Palmgrenska. Cet immeuble classé et situé au centre ville, dans le quartier d’Östermalm, fut construit en 1876 par l’architecte suédois C A Olsson. Il a été utilisé comme école élémentaire jusqu’en 1974.

De 1938 à 1974, cette école, nommée Palmgrenska, du nom de son fondateur et de son premier directeur, M. Karl-Edvard PALMGREN (1840-1910), fils d’un prêtre enseignant dans la région de Småland a longtemps fait preuve d’école pilote en conjuguant un enseignement pratique et une pédagogie théorique, et, par ailleurs, en pratiquant la mixité parmi ses élèves.

L’école Palmgrenska a toujours apporté le plus grand soin au choix de ses professeurs.

Conscient de sa valeur culturelle et historique, l’Etat français a acheté en 1987 ce bâtiment, resté inoccupé depuis la fermeture de l’école.

Après une longue période de discussions avec les autorités suédoises et en particulier avec la Direction du Patrimoine, le Ministère des Affaires Étrangères a obtenu en 1992 l’autorisation de rénover l’école pour y installer l’Ambassade de France, les bâtiments de Narvavägen étant trop petits pour regrouper les différents services qui étaient répartis un peu partout dans la ville de Stockholm.

Les travaux ont finalement commencé en novembre 1995. L’immeuble était prêt à accueillir les différents services de l’ambassade à partir de janvier 1997, après 14 mois de rénovation.

Cette mission de rénovation a été confiée au cabinet d’architectes Camus et Sandjian de Paris et aux architectes de EGÅ à Stockholm, tous deux membres du réseau international, Equator European Architects. Inspiré par Le Corbusier, Jacques SANDJIAN est connu pour sa capacité de combiner le verre, la lumière et les grands espaces. Il a entre autres construit une Ambassade en Syrie.

Le projet de rénovation

Ce n’est pas la première fois que l’immeuble de Kommendörsgatan 13 a été rénové. Il a subi de plus ou moins grandes transformations à plusieurs reprises lorsqu’il servait d’école.

Le concept de base de travail a été de conserver la façade donnant sur la rue et d’enlever la cage d’escalier monumentale occupant l’espace central. Il faut noter que la façade de Kommendörsgatan 13 est classée.

La cage d’escalier a été remplacée par un hall à double niveau ouvert sur une terrasse minérale à travers deux parois de verre formant un fuseau. La grande cage d’escalier n’aurait pas permis une organisation convenable des activités de l’Ambassade. Pour cette raison, les architectes ont été obligés de modifier tout l’arrière du bâtiment et de reformer toutes les pièces.

Fin novembre 1995, les travaux de reconstruction ont finalement démarré avec un budget d’environ 40 millions de couronnes qui comprenait les crédits de rénovation, d’ameublement et d’aménagement. 1% du budget donné était destiné à la décoration artistique de la future Ambassade.

Le projet a été conçu dans une optique globale, la mission de réhabilitation comprenant la décoration immobilière et la création de meubles spécifiques. Tout a donc été créé spécialement pour l’Ambassade.
Les matériaux utilisés sont principalement les bois de chêne, d’acajou et de pêcher.

L’immeuble rénové offre une circulation aisée dans les espaces ouverts au public et isole les espaces de travail.

Rez de chaussée et 1ère ÉTAGE

A l’époque de l’école Palmgrenska, se trouvaient, au rez-de-chaussée, une salle des professeurs, le secrétariat, la bibliothèque et quelques salles de classe. Le premier étage n’avait que des salles de cours.

En entrant dans l’Ambassade, on arrive dans un grand hall d’accueil bien aéré dont le sol est recouvert de marbre de Kolmården. Ce hall remplace la cage d’escalier qui occupait 25% de la surface.

Le bois de sycomore, particulièrement résistant, couvre les murs du hall. Le fond du hall est constitué par une grande paroi de verre.

Le verrier Guillaume Saalburg de Paris a gravé dans le verre de la paroi un drapeau doré qui crée un effet spécial à la lumière artificielle. Cette gravure symbolise le drapeau de la République française.

Au fond du hall d’accueil, la grande paroi de verre en forme de serre abritait des plantes provenant de la région méditerranéenne. Le paysagiste Gilles Clément a été désigné pour recréer une ambiance méditerranéenne en plantant notamment des oliviers sur un sol d’apparence minérale composé de graviers blancs et de roches noires.

2ème ÉTAGE

Au deuxième étage se trouvaient, à l’époque, des salles de classe et la grande salle de prière qui a été remplacée par le bureau de l’Ambassadeur.

Le corridor qui a été refait est garni de parquets en bois de chêne suédois traité à l’huile. Il mène à des bureaux spacieux dont les hautes portes sont en bois d’érable.

Devant le bureau de l’Ambassadeur se trouve un hall d’attente de forme octogonale. Une grande « étoile du Nord » taillée dans du bois de cerisier occupe la majeure partie du plafond parsemé de petits points lumineux représentant l’hémisphère de la voûte céleste du 14 juillet à Paris. 240 lampes de fibre optique de trois intensités différentes donnent des éclats quasi réels à ces petites étoiles.

Dans le bureau de l’ambassadeur est installée une grande bibliothèque de sycomore. Son bureau, en bois d’acajou cubain entreposé depuis trente ans chez l’ébéniste, a été spécialement conçu pour l’ambassade. Les murs sont recouverts d’une fine tapisserie de couleur claire.

La grande table ovale en bois d’acajou et de poirier de la salle de conférence a été dessinée par Jacques SANDJIAN. Elle est garnie d’une plaque de verre centrale de couleur foncée où l’artiste a gravé les signatures des rois de Suède de Gustav Vasa à Gustav V. Ces signatures sont reflétées par des spots électriques sur le tapis de la salle.

A cet étage, le chêne se marie à l’acajou et au sycomore dans les différents éléments de décoration et de mobilier.

3ème ÉTAGE

Le 3ème étage était destiné aux cours artistiques tels la couture, la peinture... Il abrite aujourd’hui des locaux techniques.

Au quatrième étage on trouvait la salle de gymnastique qui occupait deux étages (4ème et le grenier), la cantine et un appartement.

Pendant la rénovation de 1995, la grande terrasse donnant sur la rue a été élargie. Un modèle ancien a servi pour la nouvelle rambarde de verre et de fer forgé. Le toit a été complètement reconstruit. Formé auparavant de tôle, il est aujourd’hui recouvert de gouttières de cuivre dessinées par Jacques SANDJIAN.

Toutes les fenêtres de l’ancienne salle de gymnastique ont été remplacées. Maintenant, l’avant du toit est pourvu d’un prisme de verre reflétant la lumière et les rayons du soleil et produisant des effets lumineux spéciaux.

Agrandir le plan

Modifié le 14/02/2013

Haut de page