"Valeurs partagées entre la France et la Suède" par l’ambassadeur Jacques Lapouge (mars 2016) [sv]

Au-delà des liens économiques très denses, les bonnes relations entre la France et la Suède reposent sur des positions communes sur les principaux dossiers de l’Union européenne, des échanges culturels riches, mais aussi de grands projets en partenariat.

Quel est votre sentiment sur la relation bilatérale qui unit la France à la Suède ?

La Suède entretient d’excellentes relations avec la France, et ce, depuis des siècles. L’image de la Suède a toujours été très positive en France. C’est un pays qui a une grande envergure culturelle et qui est fréquemment cité comme un modèle social et économique. Ces douze derniers mois, ces bonnes relations se sont intensifiées.

Et quel est le rôle de cette relation concernant les grandes questions européennes ?

La France, pays fondateur de l’Union européenne et la Suède, qui y a adhéré il y a vingt ans, ont des positions fortes et très souvent communes sur nombre de sujets. En ce qui concerne la question des réfugiés par exemple, où nous souhaitons que prévalent les principes d’humanité, de solidarité entre États membres, mais aussi le principe de responsabilité, avec la nécessité de distinguer les réfugiés des migrants économiques et d’agir en partenariat avec les pays d’origine. Nous sommes aussi d’accord pour soutenir le plan Juncker en faveur de la croissance et l’emploi et pour promouvoir un agenda social européen ambitieux.

Quel jugement portez-vous sur la coopération franco-suédoise dans le cadre de la préparation de la COP21 ?

La Suède est très en avance dans ce domaine, mais également très généreuse puisqu’elle contribue largement au Fonds vert pour le climat. C’est donc un partenaire essentiel pour la COP21. Grâce à sa diplomatie active et efficace, elle relaye nos efforts de président de la COP21.

L’entretien complet est disponible ici.

Modifié le 09/06/2016

Haut de page