Interview « historique » du Roi Carl XVI Gustaf

Hier, l’agence presse TT a réalisé une interview « historique » du Roi Carl XVI Gustaf. « Un
véritable interrogatoire » selon Aftonbladet, au cours duquel le monarque a démenti tout
contact avec le monde criminel et estime et nié l’existence de « photos compromettantes ».

Le Roi a également déclaré « ne plus avoir de contacts » avec son ami depuis 50 ans, Anders
Lettström.
Sur sa supposée fréquentation de clubs de strip-tease, le souverain à répondu :
« C’est une question de définition. Je suis en effet allé aux Folies bergères, à Paris ». Il
dément toutefois s’être rendu au « Gold Club » à Atlanta ou dans certains cercles clandestins à
Stockholm. (des affirmations contenues dans un ouvrage paru en novembre dernier). A la fin de
l’entretien, le roi a ajouté : « Toutes ces informations ont été tant de fois ressassées dans les
médias que j’en finis par perdre la notion du vrai et du faux, avant d’admettre que «  tout ce
débat nuit à (ma) crédibilité, à celle de l’institution monarchique, et à la Suède tout entière.

Mais je vais m’efforcer d’y remédier en travaillant deux fois plus dur ».

« C’est la première fois qu’un monarque doit s’exprimer publiquement sur la fréquentation (ou
non) de clubs de strip-tease, et sur les éventuels liens entre certains de ses amis et la mafia »,

commente Aftonbladet. « Mais ces démentis arrivent bien tardivement », estime
l’éditorialiste de Dagens Nyheter, qui poursuit « Pourquoi ne pas avoir tout nié dés la sortie du
livre, il y a 7 mois, au lieu de tenir des propos évasifs et ambigus ?
 ». « Si il s’avère que le Roi à
menti, la Suède connaîtra une grave crise constitutionnelle
 », écrit un politologue dans les
colonnes d’Aftonbladet. « Pas sûr que ces déclarations suffiront à améliorer la cote de confiance,
plutôt basse, dont jouit actuellement le Souverain », écrit le commentateur d’Expressen. « Et si en
plus on découvre que ses déclarations étaient mensongères, sa situation personnelle deviendra
intenable », déclare, dans le même quotidien, le Président de l’Association républicaine.

Modifié le 31/05/2011

Haut de page