Institut national de la Recherche agronomique : du terroir à l’universel

0La douceur de la fourrure d’un lapin, la saveur acidulée d’une pomme ou la sécurité alimentaire, autant de sujets de recherches pour l’INRA, l’Institut national de la Recherche agronomique. Si ses laboratoires se concentrent d’abord sur des problématiques propres à la France, les solutions élaborées servent d’exemples à travers le monde ; pour un enjeu crucial et de plus en plus urgent : nourrir suffisamment la planète tout en préservant l’environnement.

JPEG

L’INRA n’est pas seulement un institut parisien, installé sur la très chic Rive gauche. Sa spécificité provient d’un maillage extrêmement dense et varié du territoire français, de métropole comme d’outre-mer. 19 centres, où travaillent 8500 chercheurs, ingénieurs et techniciens, sont implantés dans toutes les régions de France. Des forêts giboyeuses des Ardennes aux marais du Berry, des zones montagnardes des Alpes aux côtes ciselées de la Bretagne, l’INRA compte plus de 200 unités de recherche et 50 unités de plateformes expérimentales. Le champ d’expérience de l’INRA n’est pas seulement un pays de plus de 675 417 km2, c’est surtout un défilé de paysages, très contrastés, aux climats différents. Un patrimoine naturel riche, certes, à la palette étendue mais qui constitue aussi autant de complexités pour l’agriculture, l’élevage et la sylviculture. L’objectif de l’INRA est que ces complexités ne deviennent pas des problèmes insolubles. La multiplicité de ce réseau, sans équivalent en Europe, place l’INRA au premier rang des instituts de recherche agronomique européens, et au deuxième rang dans le monde.

Pomme et lapin JPEG

Les problèmes sur lesquelles se penche l’INRA dépassent largement le cadre des frontières de l’Hexagone. Le climat, les contraintes naturelles ou encore l’état des sols n’appartiennent à personne mais sont bien partagés par tous. A des difficultés souvent générales, les chercheurs apportent parfois des solutions bien concrètes. Ainsi, après plus de 24 ans de recherche, l’INRA a mis au point, au terme de multiples croisements, une nouvelle variété de pomme baptisée Ariane. Un nouveau plaisir délicieux, certes, mais surtout un « super fruit » résistant à la tavelure, un parasite, extrêmement répandu sur l’ensemble du continent européen. Autre exemple : dans les années 80, l’INRA a réussi à initier la production d’une nouvelle race de lapins dénommée, pour sa viande savoureuse, Rex du Poitou, et Orylag pour la douceur exceptionnelle de sa fourrure. Non seulement, cette nouvelle souche de lagomorphes a représenté une opportunité économique pour de nombreux agriculteurs, mais l’élevage d’Orylag est également une alternative intéressante pour remplacer commercialement la fourrure des chinchillas, et donc protéger cette espèce menacée d’Amérique Latine. C’est bien là une des vocations de l’INRA : s’efforcer de trouver des solutions qui favorisent l’efficacité des cultures et des élevages, en minimisant leur impact sur l’environnement.

Tel le lapin poitevin qui vient à la rescousse du rongeur sud-américain, la mondialisation des enjeux de l’environnement et de l’agriculture sont une réalité. Conscient de l’accélération de ces changements, l’INRA s’est associé avec des partenaires, notamment en Chine, en Inde ou encore au Brésil en mettant sur pied des « laboratoires sans mur » dans lesquels une équipe de l’INRA travaille en commun avec un institut de recherche étranger sur un projet conjoint. Cette volonté, de la part de l’Institution française, de s’ouvrir et de s’enrichir des recherches menées dans d’autres pays, s’exprime jusque dans le recrutement de ses chercheurs puisque sur la cinquantaine de scientifiques recrutés dernièrement, une dizaine d’entre eux ne sont pas Français. Les partenariats internationaux sont particulièrement développés avec les autres pays européens, mais aussi de l’autre côté de l’Atlantique avec les instituts de recherche nord-américains.

Sous tutelle des ministères français de la Recherche et de l’Agriculture, l’INRA peut s’appuyer sur deux forces. D’une part, elle peut puiser dans sa longue expérience. L’Institut a en effet été fondé en 1946, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à un moment où la France, exsangue, avait un besoin crucial de nourrir sa population. Son autre point d’appui est la multiplicité de ses champs de recherche : de l’alimentation humaine à la biologie végétale, en passant par la santé animale, aucune problématique ne lui est étrangère. Ses chercheurs travaillent notamment sur le développement durable, en anticipant la raréfaction des énergies fossiles et en privilégiant des alternatives viables. Alors que plus de 9 milliards d’habitants peupleront la planète d’ici 2050, la sécurité alimentaire est à ce prix. Avec son partenaire, le CIRAD, le Centre de coopération pour la Recherche agronomique, spécialement dédié aux grands enjeux agronomiques des pays du Sud, l’INRA poursuit l’objectif de nourrir l’humanité sainement et durablement.

Priorité du G20

C’est un vrai défi qui est d’ailleurs une des priorités de la Présidence française du prochain G20. En effet, il faudra désormais produire plus, tout en préservant l’environnement et les ressources naturelles. Une contrainte impérative qui se double, de plus, de la gestion des catastrophes naturelles et des variations de climat provoquées par le réchauffement climatique. Le blé, par exemple, une des trois denrées de base de l’alimentation, est l’objet d’une initiative lancée par la France en 2011. Il devient désormais nécessaire de produire un blé plus résistant aux aléas climatiques, tout en respectant l’environnement et les contraintes économiques. L’INRA a bien l’intention de concentrer ses forces afin de relever ces défis globaux, tout en sachant que ce combat n’est pas seulement celui de l’agriculture ; les experts de l’énergie, du climat, de la géographie, de l’urbanisme… sont également appelés à se mobiliser pour exploiter, au mieux, un espace bouleversé non seulement par les éléments naturels mais aussi par l’action de l’homme.

Pascale Bernard

Site Internet : http://www.inra.fr/

Modifié le 26/10/2011

Haut de page