Inquiétudes boursières en europe

« La bourse de Stockholm a encore perdu 4,55 % hier, soit – 19,5 % depuis le 1 er janvier 2011. Une baisse particulièrement importante, surtout comparée aux autres places financières internationales  », écrit Expressen. « Cela peut s’expliquer par le fait que la reprise après le krach 2008 avait été particulièrement forte à Stockholm. Nos entreprises sont particulièrement sensibles à la conjoncture internationale : quand elle s’améliore, la bourse rebondit plus fort qu’ailleurs. C’est exactement le contraire en cas de baisse », indique un expert cité par Dagens Industri. « Il y a des raisons d’être inquiet, dans la mesures où les différents acteurs qui interviennent sur les marchés (personnes privées, entreprises, compagnie d’assurance) font preuve d’une grande nervosité », déclare à Expressen Peter Normann, le Ministre des marchés financiers. « Les actionnaires vont perdre un peu d’argent. Par ailleurs, quand on voit que la bourse baisse, on a tendance à épargner davantage et à consommer moins. Ce qui risque de ralentir la croissance  », poursuit-il. « Je doute fort de la pertinence des propos de M. Barroso, qui ont eu pour seule conséquence de miner la crédibilité des efforts accomplis par les gouvernants de la zone euro. En tous cas, on a pu en admirer les conséquences sur les marchés financiers  », écrit par ailleurs le Chef de la diplomatie suédoise, Carl Bildt, dans son blog.

« La situation est très préoccupante dans de nombreux pays européens. Il va falloir tester plusieurs séries de mesures afin de pouvoir trouver le moyen de s’en sortir », déclare par ailleurs Anders Borg, le Ministre suédois des Finances. « Il est primordial que les pays de la zone euro mettent rapidement en œuvre les réformes nécessaires au retour de la confiance. Les membres de l’eurozone doivent rapidement faire connaître les mesures qu’ils comptent prendre pour atteindre l’équilibre budgétaire et s’en tenir au calendrier qu’ils auront fixé ».

Modifié le 05/08/2011

Haut de page