Famine dans la corne de l’Afrique

Neuf millions de personnes ont été touchées par la sécheresse sévère qui a sévi dans la corne de l’Afrique. "D’énormes moyens doivent être mis en place pour que cette catastrophe ne se reproduise jamais". Le journal rappelle qu’il y a deux ans, le programme alimentaire des Nations Unies avait été "contraint de quitter la Somalie par les militants du groupe armé al-Shahab". A présent, "les troupes de l’Union Africaine ont réussi à repousser suffisamment al-shahab pour permettre le retour de l’ONU sur place" et on espère l’arrivée des premiers convois avant la fin de la semaine. Néanmoins, à cause de l’instabilité du pays (risque d’attaque de groupes armés), les équipes d’aides de l’ONU pourvoyant la nourriture seront cantonnées à certains endroits. La population devra s’y rendre par ses propres moyens, en abandonnant leurs cultures ;"ce qui laisse malheureusement présager de nouveaux problèmes l’an prochain", estime Aftonbladet.

Dans une tribune publiée dans Expressen, Gustav Fridolin, porte-parole des Verts, regrette que "rien n’ait été appris" depuis la grande famine en Ethiopie, il y a 25ans. "Les mêmes erreurs sont faites, les problèmes reviennent." Il propose d’encourager la coopération décentralisée, arguant que l’aide "locale" est plus efficace : "rien que l’aide que les Somaliens exilés en Suède prodiguent à leurs proches sur place excède celle versée par la Suède elle-même" (pour mémoire : 483 millions de couronnes en 2011) "Pour un monde sans famine, il faut de nouvelles politiques climatiques et d’aide au développement" conclut G. Fridolin.

Modifié le 27/07/2011

Haut de page