Etudiants étrangers contre bureaucratie suédoise.

Les universités critiquent de plus en plus l’application suédoise de la directive Européenne qui exige des étrangers des "informations biométriques", titre DN. Afin d’obtenir le permis de séjour en Suède, les étudiants étrangers doivent laisser leurs empreintes digitales et faire des photos à l’ambassade suédoise de leur pays d’origine. Mais toutes les ambassades ne sont pas encore équipées en fonction, ce qui contraint de nombreux étudiants à faire de grands trajets spécialement pour accomplir ces formalités. Kåre Bremer, recteur à l’université de Stockholm, déplore le fait que "le gouvernement ne tolère aucune exception" et n’ait mis en place "aucune alternative pour les étudiants devant arriver pour le semestre d’automne 2011." "Nous avons quatre étudiants péruviens qui n’ont ni le temps ni les moyens d’aller jusqu’au Chili pour accomplir ces formalités. Ils ne pourront donc tout simplement pas venir ici." Si le Ministère responsable des migrations "étudie la possibilité" d’arrangements spéciaux, le Ministre, Tobias Billström, refuse de s’exprimer sur la question, et encore moins sur une éventuelle date de mise en place. Pour Pam Fredman, recteur de l’université de Göteborg "C’est une catastrophe : certains étudiants ont décliné d’autres offres et ne peuvent maintenant même pas venir ici en Suède. Nous devrions gérer ces exigences biométriques de façon plus pragmatique, comme d’autres pays l’ont fait. "

Modifié le 19/07/2011

Haut de page