Egypte : soutien de l’EU et danger pour les journalistes

La couverture de la situation en Egypte reste très importante. La presse suédoise souligne que le gouvernement a engagé des négociations avec l’opposition et que« les manifestations ne faiblissent pas » (Dagens Nyheter, DN). Elle salue le fait que le monde occidental « écoute les Egyptiens » et « hausse le ton face à Moubarak » (DN), et rapporte que « les déclarations américaines portent à croire que l’administration Obama agit en sous-main pour hâter la transition » (Svenska Dagbladet, SvD).

Lors d’un débat télévisé, la dirigeante démissionnaire du PSD, Mona Sahlin, estime que l’UE doit exiger le départ Moubarak et soutenir plus clairement les manifestants. Pour le ministre des Affaires étrangères, qui lui faisait face, cette critique est infondée car « l’UE est toujours du côté de la démocratie et l’a clairement exprimé », ce qui était d’autant plus facile que « l’UE n’a pas les mêmes liens avec Moubarak que les Etats-Unis ».

Les journalistes en première ligne

L’opinion s’inquiète du sort des journalistes en Egypte et la presse y consacre plusieurs pages. « 104 journalistes auraient été attaqués ou blessés » rapporte DN. En marge du sommet européen, Fredrik Reinfeldt a déclaré à Dagens Nyheter que l’UE « souhaite clairement souligner que l’utilisation de la violence en Egypte contre les journalistes est inacceptable ». Le reporter de la télévision publique, blessé à l’arme blanche est encore dans un état grave. Il a été transféré dans un nouvel hôpital mais ne peut pour l’instant pas être rapatrié en Suède.

Modifié le 07/02/2011

Haut de page