Eco : crise de Saab

La semaine dernière, Saab Automobile annonçait ne pas pouvoir verser de salaire à
ses employés.
SvD rapporte que Victor Muller, le président de l’entreprise, a « participé
à d’intenses négociations ce week-end pour débloquer 800 millions de couronnes
en peu de temps
 ». Mais Muller ne pourra obtenir cet argent « que s’il apporte des
garanties sur le financement de Saab à long terme », remarque le journal. La prise de
participation des entreprises chinoises Youngman et Pang Da pourrait rapporter
quelques 300 millions de couronnes
à l’entreprise suédoise (à qui Pang Da a déjà versé
400 millions de couronnes) pour peu que les autorités chinoises autorisent cette
transaction. « Leur décision sera communiquée dans deux mois ».

La presse rapporte que « les syndicats pourraient provoquer la faillite de Saab pour
que les employés puissent toucher les salaires garantis par l’Etat
dans une telle
situation ». L’opposition critique la « passivité » de la Ministre de l’Industrie, Maud
Olofsson
 : « Le gouvernement devrait immédiatement envoyer un représentant à
Trollhättan (usine Saab) et également accentuer ses efforts pour faire accepter le
financier russe Vladimir Antonov parmi les propriétaires de Saab », estime le social-démocrate
Lars Johansson.

Modifié le 27/06/2011

Haut de page