Drame en Norvège : réactions suédoises au manifeste de Behring Breivi

Au moins 18 suédois ont reçu le manifeste d’Anders Behring Breivi, titre Expressen. Tous ont des liens avec l’extrême-droite : membres actifs ou anciens de partis (National Demokraterna, Svenskarnas parti, ) mais aussi journalistes. Aucun d’entre eux ne tient à être associé au meurtrier, et clament que Behring Breivik n’a "rien à voir avec le nationalisme", car "un nationaliste n’assassine pas ses propres compatriotes" dit Marc Abramsson, leader des Nationaldemokraterna. "La seule chose en commun est que nous sommes aussi contre l’islamisation, mais il n’y a pas d’excuses pour ceux qui propagent la terreur", continue-t-il. Behring Breivik, qui voulait créer un mouvement, aurait envoyé son recueil idéologique à "des milliers" de personnes dans le monde, croit savoir Epxressen, à des gens qu’il pensait "susceptibles de devenir ses sympathisants". Säpo n’écarte pas la possibilité que Behing Breivik ait des appuis en Suède et continue d’enquêter.

Ce manifeste, qui reprend plusieurs points de l’idéologie des Sverige Demokraterna, pourrait, estime Svenska Dagbladet, « détourner certains électeurs du mouvement SD ». Alors que d’aucuns appellent les partis d’extrême droite à "assumer leurs responsabilités", Jimmie Akesson rappelle que son parti "est attaché aux valeurs fondamentales de la démocratie". Dagens Nyheter (DN) rapporte en outre que la direction des Sverigedemokraterna, a pris ses distances vis-à-vis d’Erik Hellsborn, l’un de ses élus locaux, qui a déclaré sur Internet que « le multiculturalisme », « l’immigration de masse en provenance des pays musulmans » et l’ « islamisation » étaient à l’origine des attaques à Oslo », avant de préciser que la responsabilité de ces attaques incombait exclusivement à Anders Behring Breivik. Dans un communiqué de presse, la direction du parti a souligné « ne pas partagé son analyse ».

Modifié le 27/07/2011

Haut de page