Avenir du parti du Centre : quel nouveau leader ? (suite)

0Le Centre peut redevenir un pouvoir politique dominant, estime Ann-Karin Hatt, Ministre des Régions et des Technologies de l’Inforlation - et candidate à la présidence du parti - dans une tribune publiée par DN. La signataire estime que le parti doit "se renouveler, renforcer ce qu’il a de meilleur, s’étendre, jusqu’à devenir un parti moderne et universel, comme à l’époque de Thorbjörn Fälldin (qui a dirigé le Parti de 1971 à 1985, Ndlr.)". Hatt compte sur une base "solide et qui a fait ses preuves" pour initier ce travail "le Centre est clairement un parti qui porte le pouvoir du régime actuel" estime la candidate. "Alors que tout le monde se demandait si l’édifice allait tenir, nous avons été le ciment de l’Alliance."

Pour Ann-Karin Hatt, "les adversaires principaux sont les partis d’opposition et leurs politiciens, et notre tâche est de convaincre le plus possible de leurs électeurs que nous avons les réponses aux challenges d’aujourd’hui". Elle fait campagne notamment sur le thème du "renforcement de la place de l’individu dans la société", d’un développement économique "soutenable et équitable dans tout le pays", de l’environnement ("nous sommes le 1er partie écologiste de Suède"), et d’une politique de l’immigration "ouverte et généreuse" ; consciente que le Centre a un grand travail de "séduction des électeurs" à mener. "Il faut que nous osions regarder la réalité dans le blanc des yeux, et être la force de proposition que les électeurs attendent" conclut la candidate.

« Un nouveau leader n’est pas la recette miracle contre les mauvais sondages, mais c’est un début de renouvellement » estime l’éditorialiste d’Expressen. Trois candidats se sont déclarés hier : Anders W Jonsson, Annie Johansson et Anna-Karin Hattt. L’éditorialiste de SvD constate que « si la presse devait choisir elle-même le nouveau leader, tout serait déjà réglé ». Hier, « la queue pour les interviews individuelles avec Anders W Jonsson était plus courte que pour les entretiens avec ses deux concurrentes ». Annie Johansson semble être la favorite des médias. Selon elle, « le parti du Centre doit attirer aussi bien les électeurs des zones rurales que ceux des grandes villes ». Son objectif est d’atteindre 20% des voix aux élections de 2022. Anna-Karin Hatt, proche collaboratrice de l’actuelle leader du parti Maud Olofsson, a pour sa part proposé de mettre davantage l’accent sur les questions de protection sociale. Enfin, Anders W Jonsson a mis en avant son passé de pédiatre et a insisté sur des questions sociales. Expressen se demande « qui votera pour le Parti du centre ». Le comité de nomination décidera dans un mois qui sera le nouveau leader.

Modifié le 22/07/2011

Haut de page