Anniversaire de l’indépendance des Etats Baltes : cérémonie à Stockholm

0Hier a eu lieu à Stockholm, en présence du chef du gouvernement suédois, Fredrik Reinfeldt, et de ses homologues estonien, lituanien et letton, une cérémonie destinée à « célébrer le 20e anniversaire de l’indépendance des Etats Baltes après 50 années d’occupation et d’oppression soviétique » rapporte Aftonbladet qui publie une tribune du Premier ministre suédois : « Cette cérémonie était l’occasion de partager notre joie, de commémorer un moment où le rêve est devenu réalité :: 20 ans après leur indépendance, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie sont aujourd’hui des membres à part entière de l’UE et de l’OTAN ». « La Suède, qui a été parmi les premiers pays à reconnaître l’occupation soviétique des Etats baltes, a une dette d’honneur vis-à-vis de ses trois voisins ». Et le Premier ministre d’évoquer « une période sombre de la politique étrangère suédoise (…), durant laquelle certains ont été jusqu’à affirmer que les pays baltes ne pouvaient être considérés comme des territoires occupés. Durant toute la décennie 1980, nous avons préféré détourner le regard ». Aujourd’hui ce vingtième anniversaire est l’occasion de réaffirmer « la nécessité de « construire un futur en commun » et de soutenir « les autres peuples qui luttent pour leur liberté aujourd’hui, notamment au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ».

Cette commémoration est, pour la presse suédoise, l’occasion de relancer le débat sur le rôle de la Suède pendant l’occupation soviétique. Svenska Dagbladet rapporte qu’hier, les leaders baltes ont remercié la Suède pour « son soutien » sur le chemin de l’indépendance. « Je souhaite remercier la Suède d’avoir accueilli mes compatriotes en exil » a déclaré le Premier Ministre estonien, Andrus Ansip. « Les diplomates suédois étaient les plus actifs dans notre pays et la Suède a été la première à ouvrir une ambassade à Riga en 1991 » a estimé le Premier Ministre letton, Valdis Dombrovskis. « Le discours de M. Ansip, prononcé dans un suédois parfait, fut l’un des grands moments de cette journée de commémoration », commente Carl Bildt sur son blog. « Je sais que M. Ansip préparait son intervention depuis le mois de juin, et il a impressionné l’auditoire ».

Pourtant, Expressen cite l’ancien Ministre suédois des affaires étrangères, Sten Andersson, affirmant, en 1989 que l’Estonie n’était pas un « territoire occupé ». Le journal rappelle que « la Suède n’a reconnu l’indépendance de la Lituanie qu’en août 1991, soit un an et demi après la déclaration d’indépendance ». « Le gouvernement Carlsson n’est pas resté passif quand les Etats baltes luttaient pour leur liberté » se défend toutefois l’ancien diplomate social-démocrate Pierre Schori dans le même journal. Et d’évoquer la visite de Birgitta Dahl, alors Ministre suédoise de l’Energie, sur place en 1989, ainsi que les pressions exercées par le gouvernement suédois en faveur d’une participation des baltes à la conférence de Ronneby sur l’environnement dans la Baltique, contre l’avis de Moscou. « Mais nous aurions pu en faire davantage », reconnaît Schori. Qui reproche en outre au gouvernement conservateur actuel de ne pas coopérer davantage avec les Etats baltes, par exemple « pour mettre en place des systèmes communs de veille environnemental dans la Mer baltique ou de sauvetage en mer ».

Modifié le 16/08/2011

Haut de page